TPE FEMINISME

Que nous disent les femmes artistes et intellectuelles féministes sur la place des femmes dans la société ?
 
AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 elisabeth badinter

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
margaux



Messages : 13
Date d'inscription : 02/12/2016

MessageSujet: elisabeth badinter   Ven 2 Déc - 16:52

Trois générations de femmes se sont succédé depuis la naissance du féminisme. Pendant toutes ces années, et en cinq essais, l’historienne et philosophe Elisabeth Badinter a balayé toutes les problématiques féminines : de l’instinct maternel , en passant par l’égalité entre les sexes.
Depuis le début du féminisme, les mêmes questions essentielles ont traversé trois générations : comment instaurer l’égalité entre les hommes et les femmes ? Comment faire respecter nos libertés ? Dans les années 60, la plupart des femmes, militantes ou pas, avaient comme objectifs l’indépendance financière, une sorte d’égalité avec les hommes, et la maîtrise de leur corps.
Depuis le début des années 1970, la place des femmes
dans  la  société  est  devenue  l’un  des  critères
inévitable d’une démocratie. C’est en regardant
l’égalité des sexes que l’on mesure le mieux l’état d’esprit
et  de  justice  d’une  société.  Or  depuis  les  années  1970,  la
société  française  a  connu  deux  périodes très
différentes, évidemment liées à la crise économique mondiale,
mais pas seulement. dans le contexte d’égalité des sexes, tous les
pays européens n’en sont pas exactement au même point. Les
traditions culturelles et religieuses, l’idéologie féministe et même
l’image que les femmes ont d’elles-mêmes, et qui peut changer
d’une  génération  à  l’autre,  sont  aussi  des  facteurs  qui
accélèrent ou ralentissent la marche vers l’égalité.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
margaux



Messages : 13
Date d'inscription : 02/12/2016

MessageSujet: Re: elisabeth badinter   Ven 16 Déc - 16:09

D'un côté les efforts réalisés dans les années 1970 pour développer la garde collective (crèches et école maternelle dès trois ans) ont facilité l'accès au marché du travail des mères, mais de l'autre côté l'instauration en 1986, puis l'extension en 1994, de l'allocation parentale d'éducation (APE), qui rémunère à un demi-SMIC le parent qui cesse de travailler pour s'occuper de l'enfant pour une durée de trois ans, a induit un retrait massif des mères de jeunes enfants (particulièrement celles peu qualifiées). Adoptée en période de chômage de masse, cette mesure ressemble davantage à une politique de l'emploi destinée à désengorger le marché du travail qu'à une politique familiale. Ce congé, qualifié de " neutre ", affecte les individus de façon différenciée (moins de 2 % des bénéficiaires sont des pères) et engendre une discrimination indirecte (...).
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
margaux



Messages : 13
Date d'inscription : 02/12/2016

MessageSujet: Re: elisabeth badinter   Ven 16 Déc - 16:21

Elisabeth Badinter, philosophe de formation, est l’auteure de nombreux ouvrages sur la condition féminine et les rapports hommes/femmes dans la société. Avec Fausse route, elle signe une vision polémique du féminisme occidental.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
margaux



Messages : 13
Date d'inscription : 02/12/2016

MessageSujet: Re: elisabeth badinter   Lun 16 Jan - 22:48

test pou voir

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
margaux



Messages : 13
Date d'inscription : 02/12/2016

MessageSujet: Re: elisabeth badinter   Mar 17 Jan - 0:31

Elizabeth badinter poursuit en donnant son avis sur Le deuxieme sexe et simone de beauvoir qui est pour elle passee a cote de la féminité . Grace a un soutiens constant de la cause a la liberté contre la néssécité naturelle Simone de beauvoir est presente dans cet essaie en rappellant quelle a changée les mentalité et permit linstalation de la contraception et de lavortement. Suite a ce rapelle Elizabeth pose de nombreuse problematique sue le nouveau feminisme :"Comment redefinir la nature feminine sans retomber dans les vieux clichés ? comment parler de "nature" sans mettre en peril les libertés?". A cesbquestions elle repond tout simplement q'un mélange de culture et de nature mene à un mode de rapport des sexes.
Elizabeth presente une autre feministe importante Francoise heritier qui a pour mot doredre général "l'égalité dans la difference". Cette femonoste confirme aussi que cette difference des sexes est un phénomène universel et culturelle et soulogne aussi la revolution des libertés geace a la conreaception, mais cette fois ci elizabeth badinter setonne dune prise de conscience si tardive par rapport a dautre pays . Ce qui l'amène à penser que Francoise Heritier aurait raison de parler d'une universelle tendance a penser a la difference sous le signe de linegalite mais elle aurait tord de la rattaché directement a l'appropriation masculine sur "fecondité feminine". Pour elizabeth cette approproation a disparu mais les penser sont toujours la difference au sein d'inégalité. Elle concoit donc qune difficulté est plus grande pour ce debarrasser de cette "categorie mentale" que de la suprematienmasculine. Elizabeth voit l'egalité dans la difference comme une itopie pu un désir, elle ne croit pas reelement un changement possible car cela devrait impmiquer unnreel progres de l'humanité.
Ce concept de domination masculine revient encore une fois et cette fois ci en nous donnant son avis: ELizabeth voit cette domination et une vision qui ce regule (viol, violence domestiques...) et permet donc de conserver le "pouvoir" que ce donne les hommes. ELle compare la lutte contre la domination masculine avec la lutte contre le racisme et le fascisme, et va même jusqu'à la comparé a un combat.
CE questionnant a nouveau elle nous partage ces doutes et incompéhension : " si la violence qui la fonde est aussi universelle qu'on le dit ,d'ou viendra le salut? Une prise de conscience collective suivie dune autocritiaque ? Mais cela peut-il produire un renversement des mentalités, des comportements et surtout des institutions ?
En concluant cette partie Naturalisme et dualisme opsetionnelle elle conclue en expriments certains malaise. Tout d'abord celui de la generalisation des deux blocs opposes la classe des femmes et la classe des hommes. A cela elle explique que se serait retombee dans une situation ou lessence precede de lexistance de la femme, ce serait repartir a zeros apres une lutte des feminismes. La contradiction de l'inoversalité masculine revient en expliquant l'existance de multiples maqculinité et de multiples feminités.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
margaux



Messages : 13
Date d'inscription : 02/12/2016

MessageSujet: Re: elisabeth badinter   Jeu 19 Jan - 23:48

au bout du compte elle se demande si cette notion de domination masculine ne serait un concept obstacle et donc empecherais de penser l'évolution des sexes. Elle decrit un concept qui enfermerait les hommes et les femmes dans deux camps opposé ce qui bloquerait la porte a tout espoir pour comprendre leur influence l'un envers l'autre.

Par la suite le chapitre de manicheisme concernant certaines inegalites des femmes est ouveet. Tout d'abord Elizabeth nous explique une des vision du manichéisme et nous explique que entre l'enfant et la femme il n'y a qu'un pas. Car tout les deux serait des victimes innocentes et impuissantes de l'homme agresseur et "dominateur". Directement ce rajoute un fait, celui que la victime a toujours raison "celle qui incarne le bien mencé par la puissance du mal". Elizabth enchaine en nous développent les stéréotypes qu'entraine le manichéisme des argments de certains partitaire. La répétition de stéreotypes comme la fmme nest moins guerières moins vaniteuse, plus concrète plus préoccupéesdes autres... elizabeth pense que l'on définit et je pense que c'est la cas, un portrait des hommes caricaturé. Suite a cela discrètement reviens l'idéal maternel pour justifier leurs droit et supériorité moral sur les hommes Elizabeth Badinter en affirme qu'une répétion de m^me discours sur les femmes ont donné place a une "bien-pensance" féminine. Elle explique alors que la femme incarne à la fois la victime d'une société masculine mais aussi je cite "le courageux petit soldat qui répare les dégats causé pas les hommes". Pour en finir avec ce manichéisme elizabeth affirme que l'amalgame n'est pas un bon outil de connaissance, et que naturellement avec toutes ces explications donné la condamnation d'un sexes est une injustices qui relève du Sexisme. Pour elle une confusion est installé entre normal et pathologique concernant la violence qui serait le privilège des hommes cela aboutirait un diagnostique déformeé qui ne conviendrais pas a la bonne disposition.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
margaux



Messages : 13
Date d'inscription : 02/12/2016

MessageSujet: Re: elisabeth badinter   Ven 20 Jan - 0:59

Son Deuxième chapitre Omission qui e traduit par lacunes débute par quelques chose que je caractériserais de choquant. Elle débute par expliquer la difficulté première: celle que chaque militantisme doit prendre en compte "la diversité de la réalité". Elle poursuit en abordant le sujet de la violence en ver sles femmes et plus particulièrement sur la violence domestique. A partir de là une quantité d'affirmation et de chiffres sont développé sur ce sujet. Selon la dernière publication du Conseil de l'europe (texte de 2002) une femme sr cinq en Europe est victime de violence. En FRance 6 femmes meurent de violence conjugales chaque mois. En espagne, une femme est tuée presque chaque semaine par son mari ou son compagnon. Le chiffre de 1350000 Francaise victimes de violences conjugales en 2001. Avec ces chiffres un totale décourragement pour la cause des femmes s'installe mais aussi de nombreuse question. Comme le précise Elizabeth Badinter nous avons le divorces pour metre fin a une relation cinjugale qui nous ne convient plus, elizabeth ce demande alors " pourquoi ne font_elle pas tout simplement leurs valise?". Elle y répond tout simplement par un manque de moyen matériel et d'impossibilité financière. Elizabeth dans ce chapitre developperas beaucoup de types de violence que je ne vais pas abordé car cela s'éloignerais du sujet traité mais jai voulus citer cette exemple car c'est une des partie qui ma extrement choqué, et cela prouve encore une fois une grande inégalité pour les femmes et une position de victime de la société qui revient.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
margaux



Messages : 13
Date d'inscription : 02/12/2016

MessageSujet: Re: elisabeth badinter   Ven 20 Jan - 1:51

Elizabeth Badinter aborde dans son troisième chapitre la sexualité de la femmes. Elle commence en déclarent que depuis 1970 la dé moralisation de la sexualité et pousser toujours plus loin les limites de "la transgression", alors que parrallèlement on réinvente la notion sacrilège sexuel. Elle illustre avec des exemples tel que le sexe soit associé a un objet de consommation, a une activité ludique ou a un critère de dignité mais encore au badinage ou a la violences. Elle détermine le sexe devenus l'objet de deux discours qi s'opposent et un enjeu moral du nouveau feminisme moral. Puis elle rapelle la grande bataille pour les droit à la contraception et à l'avortement qui visait justement a récupérer du pouvoir de procréation mais aussi d'une nouvelle liberté sexuelle. Ce sont les feministes de la première heure qui ont contribué fortement a cette libération et banalisation de la sexualité des femmes. Arrive ensuite la commerialisation de sexe nous dit Elisabeth et qui amène la renaissance des stereotypes sexuels dont ont s'était débarrasser. Elle décrit de nouveau l'homme prédateur qui ne pense qu'à sa jouissance,a qui on oppose sa victimes qui ne cherche que l'amour. Cela conduit donc un une bataile qui est celle de la redéfinition des apports entre hommes et femmes et de leurs libertés réciproque termine elizabeth a ce sujet.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
margaux



Messages : 13
Date d'inscription : 02/12/2016

MessageSujet: Re: elisabeth badinter   Ven 20 Jan - 16:00

Son quatrième chapitre "Regression" aborde le féminisme en explixitant certaines idées et principes.
La raison première du féminisme nous dit elle est d'instaurer l'égalité l'égalité des sexes et non pas a d'améliorer les relations hommes femmes.Il ne faut pas confonfres les objectid du féminisme et ces concéquence qui elle ne sont pas toujours voulues. Les différences féministes sur les égalités met en avant de différent point de vue sur le rapport entre les deux sexes. Selon les féminismes la participation des hommes est essentiel, accesoire ou impossible. Malgrès cela les discours féministe s'adresse en particulié au oublic féminin A nos jours la question du bilan du courant féminisme en phase avec la société globale apelle a deux proposition: "les femmes sont toujours les victimes des hommes et appellent une protection particulière ." et que les femmes sont "essentiellement différentes d'eux, et l'égalité des sexes exige la prise en compte de cette différence. Ces principes de base qui s'impose dans toute l'union européenne traduice un modèle de relation entre les sexes et une conception de l'égalité. De nouvelle problématique revienne , qu'en est-il aujourd'hui du rapport entre hommes et femmes ? La remise a l'honneur de la différence biologique est elle favorable ou non a l'émancipation des femmes ?

A ces question elle précis eune confusion que font les hommes en vers les femmes ce comportant comme les hommes d'avant. Vien alors une affirmation d'un différence de rapport des sexes selon les classes sociales, les générations. Elizabeth dénonce le fait de faire l'amlgame entre les conditions femmes des quartier défavorisés et celle des classe moyenne ou supérieur. L'affirmation que la femme est victimes de l'homme n'est pas possibles, celon elizabeth badinter la réaliter est beaucoup plus complexes et proposerais alors autant a l'homme qu'a la femmes des arguments pour se dire victimes de lun ou de l'autre.
Cela fait une quinzaine d'année que la monté en puissance de l'idéologie féministe ce développe et au même moment ou le féminisme impose son mode de pensée dans une large partie de la société et ses lois dans l'assamblée politique. Elle éclairci le fait que ces lois ont appuyer un fort soutiens médiatique souvent accompagner de procés. Cela apporte donc une constatation ches l'autre sexe comme quoi elle ne serait pas des victimes si impuissante qu'elle le dise. Manifestment des chiffres prouvent que les femmes ont pourtant raisons de s'inquiété de ce victimiste. La proportion de chomeuse est beaucoup plus élévé que celle des chomeur et naturellemtn l'écart entre les saliares de même formation se creuse toujours au détriment des femmes mais que enfin le "plafond de verre" n'est pas un mythe puisque les femmes ne représente que 8% des cardes dirigeant des 5000 première entreprise Francaise. Seulement 5,26% à être membre dans les conceils d'aministrationdes 120 plus grandes sociétés de la FRance.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: elisabeth badinter   

Revenir en haut Aller en bas
 
elisabeth badinter
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Elisabeth Badinter
» ça m'éneeeeeeeeeeeeeeeerve
» BELNAV - EVERE - QUARTIER REINE ELISABETH
» Leçons de vie, d'Elisabeth Kübler Ross et David Kessler
» Robert Badinter

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
TPE FEMINISME :: TPE ARTISTES-
Sauter vers: